Working girl

Sonnerie. Réveil. Ouverture de yeux. « Il ne peut absolument pas déjà être 6h30. C’est impossible. Je me suis endormie il y a à peine 5 minutes. »

Deuxième sonnerie. Réveil. Ouverture de yeux. « Alors ça voudrait vraiment dire que j’ai déjà eu mes 8h de sommeil ? Non, non, non, je n’y crois pas une seconde. »

Troisième sonnerie. Réveil. Ouverture de yeux. « Ok ! Ok ! »

Fraiche et dispose, je sautille gaiement hors de mon lit. II eut fallu ouvrir complètement les yeux pour sautiller gaiement. C’eut été beaucoup plus safe comme comportement.

Pas grave. Aujourd’hui, rien ne m’arrêtera. Sauf peut-être ce petit coup d’œil au miroir en allant faire mon café. J’observe, amusée, (mais pas assez réveillée pour vraiment sourire) ma robe de chambre en pilou et ma tignasse punk du saut du lit.

Soit. Il va donc falloir, une fois de plus effectuer et mener à bien cette métamorphose stupéfiante qui me fait passer du gremlins endormi à la working girl épatante que je suis.

Je suis aussi le gremlins endormi. Parfois même, je suis la grande gueule goguenarde ou encore la reine de la nuit voluptueuse.

Mais là, aujourd’hui, je DOIS être la working girl épatante. Il faut que j’enfile ma cape de super-héroïne. Que de toutes les multiples facettes de ma personnalité, la femme responsable, posée, pleine d’assurance et tout de même décontractée explose à la tête de ceux qui croiseront ma route.

Il est 6h45. Il me reste exactement 45 minutes pour atteindre mon but. Après quoi… Les dés seront jetés. Je croise les doigts. Ce serait vraiment sympa que vous le fassiez aussi. A nous tous, on est bien plus forts.

 

Pour ceux qui ont vu « Beignets de tomates vertes » : TOWANDAAAAAAA !!!

Pour les autres, c’est une faute grave. Il faut la réparer au plus vite : 

Ma tenue de Working girl de la réussite :

Blazer : Lainage grenat, coupe cintrée et géométrique

Chemisier : Coton bleu ciel, col Claudine

Jupe : Lainage bleu-gris, trapèze, pli devant et au dos